LogoOSC-Expedition.jpg

Expéditions OceanoScientific
Récifs Coralliens 2022-2027

Actualités

Lundi 5 septembre 2022

Cap sur les éponges méconnues de Juan de Nova 

Après avoir consulté et étudié plus d'une année durant ce qui serait le plus pertinent scientifiquement dans le cadre des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 comme thème d'études parmi quatre familles d'organismes marins des récifs coralliens : Cnidaires/Anthozoaires (Corail - Anémones de Mer - Méduses), Ascidies (Invertébrés), Spongiaires ou Porifera (Éponges), Végétaux (Algues), le choix s'est définitivement porté au cours de l'été sur les éponges. Ce sont les premiers animaux multicellulaires apparus sur la Planète il y a environ 650 millions d'années et, par conséquent, les premiers animaux marins à peupler l'Océan. Les éponges sont par ailleurs réputées pour leur extraordinaire potentiel de molécules d'intérêt pour la Santé et le Bien-être. Environ 18 000 molécules ont déjà été répertoriées pour 9 000 espèces d'éponges identifiées à ce jour, alors que les spongiologues s'accordent à reconnaître qu'il en reste encore beaucoup à découvrir… Les recherches océanographiques sur les récifs des Iles Éparses (France) concerneront les cinq îles. Juan de Nova sera explorée en premier, en janvier 2023. Puis suivront dès novembre 2023 : Tromelin, Glorieuses, Bassas da India et Europa. Juan de Nova se situe dans le Canal du Mozambique (Océan Indien), au large à l'Ouest du centre de Madagascar, une zone réputée pour sa fantastique biodiversité. Les premières campagnes océanographiques des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 dans l'Océan Indien seront donc menées sur ce site, à la fois balayé par les dépressions tropicales et les cyclones, mais également "super garde-manger" des grands squales de l'Océan Indien : grands blancs, tigres et bouledogues…

Si Yvan Griboval est concepteur et Directeur des Expéditions OceanoScientific, il était nécessaire que la Direction Scientifique soit assumée par un spécialiste incontesté, un spongiologue renommé. C'est donc le Docteur Thierry Pérez, Directeur de Recherches CNRS de l'Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale - IMBE établi dans la Station Marine d'Endoume (Marseille), qui présidera à la définition des objectifs scientifiques des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 et à la mise en œuvre des procédures innovantes de ces campagnes océanographiques à la voile sans rejet de CO2. 

 

Le Docteur Thierry Pérez collaborera étroitement avec les Professeurs Christian Siatka (Conseiller Scientifique en Génétique et Directeur de l'École de l'ADN) et Didier Leandri (Conseiller Scientifique en Robotique Sous-Marine et Interventions sous la mer). Cette équipe sera renforcée pour d'autres aspects scientifiques, notamment ceux relatifs à la collecte de données à l'interface Air-Mer par l'OSC System et l'échantillonnage de contaminants, par les partenaires historiques de OceanoScientific : Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer), Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques (LOCEAN), Météo-France et l'Unité Mixte IMAGO : Ifremer - Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

 

Ces engagements de nature scientifique, qui vont rendre les Expéditions OceanoScientific 2022-2027 uniques en leur genre, répondent au souhait de leur concepteur, Yvan Griboval, de s'inscrire dans le sillage des Campagnes Scientifiques menées par le Prince Albert Ier de Monaco (1848-1922) sur ses yachts. En effet, le Professeur Émile Topsent (1852-1951) profita des navigations exploratoires menées de 1885 à 1915 pour découvrir, identifier et référencer des éponges alors inconnues.

 

Aujourd'hui encore, les trois Fascicules réalisés par l'éminent spongiologue Émile Topsent sous l'autorité du Prince Albert Ier et la direction éditoriale et scientifique des Professeurs Jules de Guerne et Jules Richard, font référence. Ils sont d'ailleurs toujours utilisés dans les laboratoires, notamment dans celui de la Station Marine d'Endoume par le Docteur Thierry Pérez et, précédemment, par son mentor, le Docteur Jean Vacelet qui a découvert les éponges carnivores.    

Photo_1-Juan_de_Nova-Photo_TAAF-Lt.jpg

Juan de Nova, pour la majorité des observateurs, est une île déserte et paradisiaque aux plages de sable blond immaculé.

Pour le marin, c'est un univers hostile sans abri possible, aux nombreux récifs affleurants, aux violents courants de marée,

au fort marnage qui modifie sans cesse le paysage côtier : un piège en haute mer source de nombreux naufrages. Photo TAAF

Photo_2-22-08-19-Carla_Di_Santo-Thierry_Perez-Lt.jpg

Carla Di Santo, Coordinatrice Scientifique et Responsable de Plongée des Expéditions OceanoScientific 2022-2027,

sera la collaboratrice attitrée du Docteur Thierry Pérez, à la fois durant les explorations des récifs coralliens

de Juan de Nova, mais également en laboratoire dans la Station Marine d'Endoume. Il en résultera

une thèse relative aux objectifs scientifiques définis par le Docteur Pérez. Photo OceanoScientific

Mardi 30 août 2022

Achat de la future plateforme LOVE THE OCEAN 

Jeudi 4 août, Yvan Griboval a signé avec Helena Nyhlén, la propriétaire, le Sale & Purchase Agreement d'un catamaran LAGOON 570 (17 mètres) sur plans du célèbre cabinet d'architecture VPLP Design, leader mondial incontesté des multicoques océaniques de compétition comme de croisière. Depuis son retour de l'Expédition OceanoScientific 2016-2017 autour du Monde en solitaire, en juin 2017, Yvan Griboval est à la recherche du voilier qui deviendra le nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN. Mais le cahier des charges a été modifié au fil du temps, au fur et à mesure que les objectifs océanographiques évoluaient. L'objectif était également de consacrer un budget restreint dans l'achat de cette plateforme, pour favoriser les investissements dans les matériels scientifiques et dans les campagnes exploratoires elles-mêmes. C'est donc cinq ans plus tard, au terme de l'étude du 32e dossier, que le choix final a été effectué : DRAGOON, actuellement sous pavillon suédois, basé à Figueira da Foz au Portugal. Yvan Griboval et son équipe, dont son fidèle second Maxime Dreno, en prendront livraison durant la première semaine du mois d'octobre. Ce catamaran rejoindra aussitôt la Rade de Toulon où il sera préparé pour le Grand Départ de la première des cinq Expéditions OceanoScientific à destination de Mayotte puis des Iles Éparses (Océan Indien - France) : jeudi 17 novembre du ponton d'honneur du Yacht Club de Monaco.

22-08-04-Signature-Yvan_Griboval-Helena_Nylen-Lt.jpg

À l'occasion de la signature du Sale & Purchase Agreement, le 4 août 2022 à Figueira da Foz (Portugal), Yvan Griboval

et Helena Nyhlén à bord du catamaran  DRAGOON, le futur OceanoScientific Explorer qui sera dénommé LOVE THE OCEAN, septième de la série LAGOON 570 mis à l'eau en 2001. Photo OceanoScientific

Mardi 28 juin 2022

Mieux appréhender le dérèglement climatique 

Dans un peu moins de cinq mois, la première campagne océanographique à la voile sans rejet de CO2 du cycle des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 à destination des Iles Éparses (Océan Indien - France) quittera Marseille, puis Toulon, Nice ensuite et le Yacht Club de Monaco cap au Sud-Est. Le nouvel OceanoScientific Explorer, un catamaran dénommé LOVE THE OCEAN, sera équipé de l'OSC System Version 4.0 de collecte de données physico-chimiques à l'interface Air-Mer, lui-même piloté par le nouvel OSC-Software (Version 3.0), tout juste finalisé par les équipes de ROM-arrangé, le spécialiste des systèmes informatiques embarqués et des communications satellitaires sur les voiliers de course océanique : monocoques IMOCA 60 du Vendée Globe comme trimarans Ultim. C'est d'ailleurs grâce à un logiciel destiné à ces voiliers d'exception que l'idée qui a présidé à la création du Programme OceanoScientific en 2006 se concrétise seize ans plus tard. Pendant ce temps, les deux scientifiques plongeuses professionnelles de l'association OceanoScientific continuent leur apprentissage des techniques de séquençage ADN/ARN sous la tutelle du Professeur Christian Siatka de l'École de l'ADN, désormais en relation avec les équipes de l'antenne française de Thermo Fisher Scientific, leader mondial des services scientifiques.

"Autodidacte et sans aucune formation de scientifique, océanographe, météorologue ou climatologue", explique Yvan Griboval, "j'ai imaginé en 2005-2006 que si on collectait un grand nombre de données à l'interface Air-Mer à un même instant, à un même endroit et qu'on reportait l'ensemble sur un seul tableau, on devrait potentiellement observer quel paramètre évolue avec quel autre. Les scientifiques pourraient alors mieux appréhender les causes et les conséquences du dérèglement climatique, surtout si on réalise cela dans des zones maritimes essentielles pour le Climat, mais peu ou pas renseignées, comme le Grand Sud où j'ai mené l'Expédition OceanoScientific 2016-2017. Or, jusqu'ici, personne ne réussissait à mettre en œuvre ce fameux graphique aux données évoluant ensemble en temps quasi réel sur des voiliers, de surcroît de petite taille, inférieurs à vingt mètres. Aujourd'hui, grâce au travail de Louis Civilise (ROM-arrangé / École Supérieure d'Électronique de l'Ouest - Angers), ce rêve un peu fou lorsque je l'ai fait il y a plus de quinze ans devient réalité. C'est une immense satisfaction !"

Photo_1-Louis_Civilise-Linn_Sekund-Lorient-1Lt-15jun22.jpg

Dans les ateliers de ROM-arrangé à Lorient, Louis Civilise présente à Linn Sekund (OceanoScientific) les fonctionnalités de l'OSC-Software 3.0, dont le fameux graphique évoluant en temps quasi réel de l'ensemble des données physico-chimiques des paramètres essentiels de l'interface Air-Mer, qui sont collectées automatiquement par l'OSC System. Photo OceanoScientific 

Photo_2-Photo-TFS-C.DiSanto-L.Sekund-G.Tenca-Mathieu_Boimard-C.Siatka-Lt-24mai22.jpg

Mathieu Boimard (au centre), Responsable scientifique européen des matériels de séquençage au sein de Thermo Fisher Scientific France, échange avec le Professeur Christian Siatka (à droite), créateur et Directeur de l'École de l'ADN,

au sujet des performances du séquenceur haut débit Ion GeneStudio S5 XL Prime System de Ion Torrent, en présence, de gauche à droite, de : Carla Di Santo et Linn Sekund, scientifiques de l'association OceanoScientific et Guillaume

Tenca (ex-Directeur de QIMA Life Science / Directeur de BuzzUp). Photo Bouchera Douah (Thermo Fisher Scientific)

Photo_3-Photo-TFS-L.Sekund-Emmanuel_Guillard-C.DiSanto-2Lt-24mai22.jpg

Scientifiques et plongeuses professionnelles, Linn Sekund et Carla Di Santo (à droite) de l'association OceanoScientific, auront également à réaliser les séquençages ADN/ARN à bord du catamaran LOVE THE OCEAN. Elles se familiarisent ici avec le KingFisher Duo Prime de Thermo Fisher Scientific, grâce aux explications de Emmanuel Guillard, Responsable scientifique des produits KingFisher (dissimulé derrière Linn Sekund). Ce matériel sert à la préparation des échantillons. Il offre une extraction et une purification constantes de l'ADN/ARN, des protéines et des cellules. Photo Bouchera Douah (Thermo Fisher Scientific)

Lundi 16 mai 2022

Histoires de requins tigres et requins bouledogues à Marseille 

Plus la date de départ de la première des cinq campagnes des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 à destination des Iles Éparses (Océan Indien - France) se rapproche - ce sera durant la seconde quinzaine du prochain mois d'octobre consécutivement à Marseille, Toulon, Nice et Monaco - plus chaque paramètre est étudié dans le détail. L'éloignement des Iles Éparses de tout port et leur positionnement sur la route des cyclones et des puissantes dépressions tropicales de l'Océan Indien sont des conditions qui compliqueront ces campagnes océanographiques à la voile sans rejet de CO2. Le respect des habitants des récifs coralliens qui seront bioprospectés par Carla Di Santo et Linn Sekund sera primordial. En effet, ces iles inhabitées et interdites d'accès sont réputées pour leur extraordinaire biodiversité. C'est donc probablement un des endroits au Monde où la concentration de grands requins est la plus forte. Tigres, bouledogues et autres espèces sont légions ! Pour cela, l'équipe des Expéditions OceanoScientific vient de se renforcer. Steven Surina, un des plus célèbres plongeurs professionnels spécialisés dans l'étude du comportement des grands squales rejoint l'équipage du catamaran LOVE THE OCEAN, avec la double tâche d'encadrement sécurité des deux plongeuses par le "dialogue" avec les squales et la réalisation de reportages vidéo de leurs plongées …lorsque requins tigres, bouledogues et autres espèces l'autoriseront. Steven, devenu maître en interprétation du langage corporel de ces animaux extraordinaires, effectue près de trois cents plongées par an avec des touristes pour les mettre en contact avec ces requins en toute sécurité, dans le cadre de ses missions de Shark Education. Prochaines stagiaires avant les plongées aux Iles Éparses : Carla et Linn…

Photo_1-Requin_tigre-Photo_Joe_Mazzi-RLt.jpg

Steven Surina au contact de requins tigres aux Bahamas. Gros animaux curieux, ces squales réputés terribles prédateurs peuvent être de paisibles compagnons de jeux à qui sait se comporter avec bienveillance avec eux,

une fois leur langage corporel assimilé et interprété. Photo Joe Mazzi

22-05-10-Marseille-C.DiSanto-S.Surina-L.Sekund.jpg

Les plongeuses professionnelles scientifiques Carla Di Santo (à gauche) et Linn Sekund (OceanoScientific) entourent

Steven Surina au terme de la première réunion de préparation des plongées aux Iles Éparses. Steven cumulera

le rôle de "Plongeur Sécurité" et, parfois, de Chef opérateur de prises de vues sous-marines. Photo OceanoScientific

Lundi 14 mars 2022

 Préparation des équipements et procédures scientifiques 

L’équipe scientifique de l'association OceanoScientific s'élargit et progresse dans la préparation des Expéditions OceanoScientific 2022-2027. D'un côté, la définition des procédures relatives aux séquençages ADN et ARN d'échantillons d'organismes marins. Ils seront réalisés à bord du nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN durant l'hiver prochain (été austral). De l'autre, les équipements constitutifs de la Version 3.0 de l'OSC System. La collaboration technique avec l'antenne de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) de Plouzané (Brest - France) se prolonge ainsi sous les directives de l'ingénieur Denis Diverrès, dont les conseils avisés permirent le succès de l'Expédition OceanoScientific 2016-2017 sous le 40e Sud. Quant à la grande innovation qui va consister à réaliser le séquençage génétique d'organismes marins des récifs coralliens des îles françaises de l'Océan Indien sur un voilier, un partenariat est mis en œuvre avec l'École de l'ADN dirigée par le Professeur Christian Siatka à Nîmes (France). 

1-22-02-22-Ecole_ADN-L.Sekund-C.Siatka-C.Di_Santos-Photo_YG-1Lt.jpg

Les 22 et 23 février 2022, dans les locaux de l'École de l'ADN à Nîmes, Linn Sekund, à gauche et Carla Di Santo encadrent le Professeur Christian Siatka qui leur apprend les gestes essentiels des procédures de séquençage qu'elles auront à mettre en œuvre à bord du catamaran LOVE THE OCEAN. Photo OceanoScientific

Après Linn Sekund, Suédoise dotée d'un master de conservation de la biodiversité marine obtenu au Portugal après une licence en management environnemental en Grande-Bretagne, qui a rejoint les Expéditions OceanoScientific dans le courant de l'année 2020 au poste de Coordinatrice Scientifique, c'est au tour de Carla Di Santo d'intégrer l'association OceanoScientific en ce début d'année 2022. Antérieurement technicienne de laboratoire en microbiologie médicale, responsable de programmes de conservation marine aux Maldives ou plongeuse professionnelle à Marseille, Carla Di Santo est titulaire d'un master en bio-ressources aquatiques complété d'un diplôme de chef de projets en aquaculture durable et halieutique de l'Université de Montpellier. Dans l'équipe OceanoScientific, Carla Di Santo est à la fois Coordinatrice Scientifique et Responsable de Plongée.

 

De son côté, l'an dernier, Linn Sekund a complété ses compétences scientifiques et environnementales par une formation professionnelle de plongée. Toutes deux travailleront en effet en tandem pour recueillir les échantillons d'organismes marins sur les récifs coralliens, puis pour en réaliser le séquençage dès leur retour à bord du catamaran LOVE THE OCEAN.

 

Cette bioprospection ciblera quatre familles distinctes d'organismes marins : anthozoaires (corail, anémones, méduses) ; ascidies (invertébrés) ; spongiaires (éponges) ; végétaux (algues). L'objectif est autant la recherche d'organismes marins inconnus ou méconnus génétiquement, que la préservation du patrimoine génétique du domaine sous-marin français, le plus étendu au Monde.

 

Les séquences génétiques qui résulteront de ces bioprospections seront précieusement stockées dans un cloud afin d'être accessibles prioritairement aux étudiants français, aux instituts scientifiques, mais également aux industriels de la Santé et du Bien-être. De cette manière, il sera possible d'exploiter économiquement et vertueusement ces fantastiques ressources naturelles françaises par biomimétisme. C'est une manière concrète de préserver la vie sur les récifs en évitant le pillage. C'est aussi l'occasion de préserver le patrimoine génétique d'organismes qui vivent sur la Planète depuis plusieurs centaines de millions d'années (cnidaires / anthozoaires) et qui sont aujourd'hui menacés de disparaitre du fait de l'augmentation de la température et de l'acidité de l'eau de mer, conséquences directes de l'activité humaine (anthropisme).

2-22-02-10-IRD_IMAGO-D.Diverres-L.Sekund-OSC_System-Lt.jpg

En utilisant la technologie de l'OSC System Version 2.1 qui a fonctionné avec succès autour du monde durant l'été austral 2016-2017, Denis Diverrès et Linn Sekund conçoivent actuellement la Version 3.0, comme ici le 10 février 2022 dans l'atelier de l'antenne IRD IMAGO du Campus Ifremer de Plouzané (Brest - France). Photo OceanoScientific

Dans le laboratoire de l'École de l'ADN, Linn Sekund, à gauche et Carla Di Santo se familiarisent avec le matériel qu'elles utiliseront à bord du catamaran LOVE THE OCEAN lorsqu'elles seront sur les récifs coralliens français des îles de l'Océan Indien, au tout début de l'année 2023. Photo École de l'ADN

3-22-02-23-Ecole_ADN-Linn_Sekund-Carla_Di_Santos-Photo_C.Siatka-Lt.jpg