Actualités 2022 

Mercredi 30 novembre 2022

De la compétition à l'expédition 

Alors que les projecteurs des médias étaient braqués sur la Route du Rhum Destination Guadeloupe et ses 138 concurrents, de nombreuses similitudes existent entre compétitions océaniques et expéditions à la voile à vocation scientifique ou culturelle. En effet, la réussite dans un cas comme dans l'autre dépend de la qualité de la préparation.

Ceux qui gagnent les compétitions, ceux qui atteignent leurs objectifs exploratoires, sont ceux qui naviguent sans la contrainte imposée par des problèmes techniques, fruits de spirales infernales qui mènent à l'échec et peuvent s'avérer dramatiques pour l'équipage. Faisons donc ici l'éloge de la (bonne) préparation...

 

"Un dénominateur commun relie Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild, multicoque Ultim), Thomas Ruyant (LinkedOut, monocoque IMOCA 60 du Vendée Globe) et Yoann Richomme (Paprec Arkea, monocoque Class40), chacun vainqueur dans sa classe à Pointe-à-Pitre : ils sont arrivés au terme de la traversée de l'Atlantique en provenance de Saint-Malo avec des montures en parfait état. Ils se sont donc concentrés sur la navigation et la stratégie, prioritairement vis-à-vis des phénomènes météo, tout en observant les choix de leurs concurrents qui, au fil du temps, sont devenus leurs poursuivants" explique Yvan Griboval, Président de l'association OceanoScientific et Directeur des Expéditions OceanoScientific dont celle de 2016-2017 autour du Monde en solitaire de Monaco à Monaco. 

 

"Un observateur terrien rétorquera qu'à la différence d'une course au large, la notion de performance n'entre pas en ligne de compte dans le résultat final d'une expédition à la voile. C'est une erreur. Car la vitesse est un facteur majeur de sécurité. Être en capacité de réaliser de bonnes performances, c'est avoir la possibilité de choisir sa route pour naviguer dans des conditions de mer et de vent manœuvrables, d'échapper à du gros mauvais temps qui menace le navire et son équipage. 

 

Durant l'Expédition OceanoScientific 2016-2017 de collecte de données scientifiques à l'interface Air-Mer sous le 40e Sud, lorsque j'étais au milieu du Pacifique avant de plonger vers le Cap Horn, je me suis retrouvé dans une situation délicate du fait que le centre d'une dépression très creuse était située environ cent milles (près de 200 km) plus au Nord que les prévisions météorologiques ne le prévoyaient. Il est évident que si je n'avais pas eu un bateau et son équipement en parfait état, d'une part et si je ne m'étais pas mis en mode "course", d'autre part, je risquais une punition qui promettait d'être fatale pour l'expédition comme pour moi-même. C'est en cravachant ma monture, comme lorsque je pratiquais la course au large, que j'ai réussi à m'extirper de ce mauvais pas, non sans me faire coucher une ou deux fois par des vagues pyramidales.

 

Lorsque nous allons nous rendre aux Iles Éparses (France) au départ du Club Nautique de la Marine à Toulon puis du Yacht Club de Monaco pour travailler sur les récifs coralliens à la recherche de nouvelles espèces d'éponges, notamment pour en sauvegarder les données génétiques en les confiant ensuite à des étudiants dans le cadre de l'OceanoScientific Academy pour en valoriser les molécules d'intérêt pour un usage au profit de la Santé et du Bien-être (Dermatologie - Cosmétologie - Nutrition), nous allons naviguer dans des zones maritimes plutôt hostiles, qu'il s'agisse du Sud de la Mer Rouge dans le goulet d'étranglement qui mène à l'Océan Indien - par ailleurs zone de piraterie active entre Yémen au Nord et Érythrée et Djibouti au Sud - ou au Sud-Ouest de l'Océan Indien, au Nord de Madagascar, espace de prédilection de fortes dépressions tropicales qui se transforment fréquemment en ouragans dévastateurs" explique encore Yvan Griboval. 

 

Et de conclure : "C'est pourquoi, même si nous n'aurons aucun objectif sportif dans le cadre des Expéditions OceanoScientific, l'accent sera quand même porté sur les performances du catamaran LOVE THE OCEAN et, par conséquent, sur l'excellence souhaitée de sa préparation".

Photo_1-LAGOON_570-DRAGOON-Figueira_da-Foz-02-Controle_Solent-09nov22-02Lt.jpg

La prise en mains du catamaran DRAGOON, en passe de devenir le nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN, commence par l'inspection de son équipement, réalisée par Yvan Griboval et Maxime Dréno, Préparateur technique des OceanoScientific Explorer et fidèle second du Directeur des expéditions. Photo OceanoScientific

Photo_2-LAGOON_570-DRAGOON-Figueira_da-Foz-Pliage_Solent-Lt-09nov22.jpg

Une fois contrôlée à bord, chaque voile est destinée à une inspection détaillée sur le plancher d'une voilerie pour quelques réparations le cas échéant et pour recevoir modifications et renforts sollicités par Yvan Griboval et Maxime Dréno.

Photo OceanoScientific

Vendredi 18 novembre 2022

Carénage au Portugal 

La phase de préparation des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 se poursuit, notamment toute la semaine du 7 au 11 novembre à Figueira da Foz (Portugal) par le carénage du catamaran LAGOON 570 (57' - 17 m) DRAGOON qui devient progressivement le nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN.

"Je ne sais pas attribuer la difficulté de boucler nos budgets à la guerre en Ukraine, à la crise économique qui ne cesse de se développer, à l'horizon économique et social très sombre, ou à un méchant cocktail des trois, mais nous ramons !" explique Yvan Griboval, Président de l'association OceanoScientific et Directeur des Expéditions OceanoScientific

 

"D'un côté, nous aurions aimé partir du Yacht Club de Monaco jeudi 17 novembre à destination de l'Océan Indien comme je l'avais imaginé il y a plusieurs mois, bien que nous n'aurions pu réaliser qu'une petite dizaine de jours d'exploration des récifs coralliens de Juan de Nova (Iles Éparses - France). 

 

De l'autre, le développement de nos objectifs scientifiques a pris une telle envergure qu'il faut considérablement allonger la période de préparation pour délivrer ce que les chercheurs attendent désormais de nous. 

 

Enfin, nous sommes engagés dans une très importante opération programmée durant cinq mois (mars - juillet) chaque année durant cinq ans à compter de 2023 - événement porté par pas moins de 27 membres d'un consortium exceptionnel qui sera dévoilé en janvier prochain - et sa mise en œuvre requiert ma présence à terre plutôt qu'à batailler contre les vents contraires de la Mer Rouge !" explique encore Yvan Griboval. 

 

Et de conclure : "Nous en profitons pour ajouter une nouvelle fonction à nos navigations OceanoScientific qui participeront à une grande première scientifique en Méditerranée lancée jeudi 23 mars à l'occasion de la Monaco Ocean Week 2023. Par conséquent, nous disposons de plus de temps à consacrer à la préparation de nos équipements nautiques et scientifiques comme au bouclage de nos budgets. C'est un gage de succès, car celui-ci se construit en amont, à terre, toujours bien avant de larguer les amarres…"

Photo_1-LAGOON_570-DRAGOON-07nov22-3Lt.jpg

Sur le slipway de Figueira da Foz (Portugal), Maxime Dréno, Préparateur technique des OceanoScientific Explorer

et fidèle second de Yvan Griboval, veille au bon échouage du catamaran DRAGOON,

en passe de devenir la plateforme LOVE THE OCEAN. Photo OceanoScientific

Photo_2-LAGOON_570-DRAGOON-07nov22-1bLt.jpg

Coques impeccables de ce LAGOON 570 construit en 2000 et mis en service en 2001, ce catamaran

signé par le Cabinet Vincent Lauriot-Prévost - Marc Van Peteghem est définitivement la plateforme idéale

pour les Expéditions OceanoScientific 2022-2027, tout comme pour les navigations programmées chaque premier semestre

dans les eaux de Méditerranée occidentale et le long des côtes françaises d'Atlantique et de Manche. Photo OceanoScientific

Lundi 24 octobre 2022

Initiation sous-marine en Méditerranée

Au sud-ouest des calanques de Marseille, sur le tombant de l'Impérial du large, mythique site de plongée de l'Archipel de Riou où se côtoient loups, barracudas et bonites, les deux scientifiques et plongeuses de l'association OceanoScientific : Carla Di Santo (Responsable de plongée) et Linn Sekund se préparent aux plongées exploratoires dans les Iles Éparses (Océan Indien - France - TAAF) des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 sous la direction du Docteur Thierry Pérez, Directeur de Recherches CNRS de l'Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale - IMBE établi dans la Station Marine d'Endoume (Marseille), qui préside à la définition des objectifs scientifiques de ces campagnes innovantes à la voile sans rejet de CO2 en collaboration avec le généticien Christian Siatka enseignant-chercheur de l'Équipe CHROME de l'Université de Nîmes et avec l'enseignant-chercheur Didier Leandri (SeaTech - Université de Toulon & Laboratoire Information Génomique et Structurale / IGS - CNRS). Grâce à un de nos meilleurs spongiologues en activité, l'objectif est d'apprendre à échantillonner de toutes petites parties des éponges sans les blesser. Il s'agit donc d'apprendre à travailler avec précision par 20 à 30 mètres de profondeur. Cela passe auparavant par l'identification des espèces à échantillonner et la documentation des individus recensés. Carla et Linn peuvent difficilement avoir meilleur professeur que le Docteur Thierry Pérez, par ailleurs Directeur Scientifique des Expéditions OceanoScientific 2022-2027.

Photo_formation_IMBE-Linn_Sekund-Carla_Di-Santo-Sept.oct.22-Lt.jpg

Linn Sekund (à gauche) et Carla Di Santo (Responsable de plongée) s'apprêtent à identifier, à documenter et à prélever

des échantillons de spongiaires de Méditerranée sous la direction du Docteur Thierry Pérez, Directeur de Recherche CNRS

et Directeur Scientifique des Expéditions OceanoScientific 2022-2027. Photo Thierry Pérez - CNRS - IMBE

Lundi 5 septembre 2022

Cap sur les éponges méconnues de Juan de Nova 

Après avoir consulté et étudié plus d'une année durant ce qui serait le plus pertinent scientifiquement dans le cadre des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 comme thème d'études parmi quatre familles d'organismes marins des récifs coralliens : Cnidaires/Anthozoaires (Corail - Anémones de Mer - Méduses), Ascidies (Invertébrés), Spongiaires ou Porifera (Éponges), Végétaux (Algues), le choix s'est définitivement porté au cours de l'été sur les éponges. Ce sont les premiers animaux multicellulaires apparus sur la Planète il y a environ 650 millions d'années et, par conséquent, les premiers animaux marins à peupler l'Océan. Les éponges sont par ailleurs réputées pour leur extraordinaire potentiel de molécules d'intérêt pour la Santé et le Bien-être. Environ 18 000 molécules ont déjà été répertoriées pour 9 000 espèces d'éponges identifiées à ce jour, alors que les spongiologues s'accordent à reconnaître qu'il en reste encore beaucoup à découvrir… Les recherches océanographiques sur les récifs des Iles Éparses (France) concerneront les cinq îles. Juan de Nova sera explorée en premier, en janvier 2023. Puis suivront dès novembre 2023 : Tromelin, Glorieuses, Bassas da India et Europa. Juan de Nova se situe dans le Canal du Mozambique (Océan Indien), au large à l'Ouest du centre de Madagascar, une zone réputée pour sa fantastique biodiversité. Les premières campagnes océanographiques des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 dans l'Océan Indien seront donc menées sur ce site, à la fois balayé par les dépressions tropicales et les cyclones, mais également "super garde-manger" des grands squales de l'Océan Indien : grands blancs, tigres et bouledogues…

Si Yvan Griboval est concepteur et Directeur des Expéditions OceanoScientific, il était nécessaire que la Direction Scientifique soit assumée par un spécialiste incontesté, un spongiologue renommé. C'est donc le Docteur Thierry Pérez, Directeur de Recherches CNRS de l'Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale - IMBE établi dans la Station Marine d'Endoume (Marseille), qui présidera à la définition des objectifs scientifiques des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 et à la mise en œuvre des procédures innovantes de ces campagnes océanographiques à la voile sans rejet de CO2. 

 

Le Docteur Thierry Pérez collaborera étroitement avec les Professeurs Christian Siatka (Conseiller Scientifique en Génétique et Directeur de l'École de l'ADN) et Didier Leandri (Conseiller Scientifique en Robotique Sous-Marine et Interventions sous la mer). Cette équipe sera renforcée pour d'autres aspects scientifiques, notamment ceux relatifs à la collecte de données à l'interface Air-Mer par l'OSC System et l'échantillonnage de contaminants, par les partenaires historiques de OceanoScientific : Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer), Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques (LOCEAN), Météo-France et l'Unité Mixte IMAGO : Ifremer - Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

 

Ces engagements de nature scientifique, qui vont rendre les Expéditions OceanoScientific 2022-2027 uniques en leur genre, répondent au souhait de leur concepteur, Yvan Griboval, de s'inscrire dans le sillage des Campagnes Scientifiques menées par le Prince Albert Ier de Monaco (1848-1922) sur ses yachts. En effet, le Professeur Émile Topsent (1852-1951) profita des navigations exploratoires menées de 1885 à 1915 pour découvrir, identifier et référencer des éponges alors inconnues.

 

Aujourd'hui encore, les trois Fascicules réalisés par l'éminent spongiologue Émile Topsent sous l'autorité du Prince Albert Ier et la direction éditoriale et scientifique des Professeurs Jules de Guerne et Jules Richard, font référence. Ils sont d'ailleurs toujours utilisés dans les laboratoires, notamment dans celui de la Station Marine d'Endoume par le Docteur Thierry Pérez et, précédemment, par son mentor, le Docteur Jean Vacelet qui a découvert les éponges carnivores.    

Photo_1-Juan_de_Nova-Photo_TAAF-Lt.jpg

Juan de Nova, pour la majorité des observateurs, est une île déserte et paradisiaque aux plages de sable blond immaculé.

Pour le marin, c'est un univers hostile sans abri possible, aux nombreux récifs affleurants, aux violents courants de marée,

au fort marnage qui modifie sans cesse le paysage côtier : un piège en haute mer source de nombreux naufrages. Photo TAAF

Photo_2-22-08-19-Carla_Di_Santo-Thierry_Perez-Lt.jpg

Carla Di Santo, Coordinatrice Scientifique et Responsable de Plongée des Expéditions OceanoScientific 2022-2027,

sera la collaboratrice attitrée du Docteur Thierry Pérez, à la fois durant les explorations des récifs coralliens

de Juan de Nova, mais également en laboratoire dans la Station Marine d'Endoume. Il en résultera

une thèse relative aux objectifs scientifiques définis par le Docteur Pérez. Photo OceanoScientific

Mardi 30 août 2022

Achat de la future plateforme LOVE THE OCEAN 

Jeudi 4 août, Yvan Griboval a signé avec Helena Nyhlén, la propriétaire, le Sale & Purchase Agreement d'un catamaran LAGOON 570 (17 mètres) sur plans du célèbre cabinet d'architecture VPLP Design, leader mondial incontesté des multicoques océaniques de compétition comme de croisière. Depuis son retour de l'Expédition OceanoScientific 2016-2017 autour du Monde en solitaire, en juin 2017, Yvan Griboval est à la recherche du voilier qui deviendra le nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN. Mais le cahier des charges a été modifié au fil du temps, au fur et à mesure que les objectifs océanographiques évoluaient. L'objectif était également de consacrer un budget restreint dans l'achat de cette plateforme, pour favoriser les investissements dans les matériels scientifiques et dans les campagnes exploratoires elles-mêmes. C'est donc cinq ans plus tard, au terme de l'étude du 32e dossier, que le choix final a été effectué : DRAGOON, actuellement sous pavillon suédois, basé à Figueira da Foz au Portugal. Yvan Griboval et son équipe, dont son fidèle second Maxime Dreno, en prendront livraison durant la première semaine du mois d'octobre. Ce catamaran rejoindra aussitôt la Rade de Toulon où il sera préparé pour le Grand Départ de la première des cinq Expéditions OceanoScientific à destination de Mayotte puis des Iles Éparses (Océan Indien - France) : jeudi 17 novembre du ponton d'honneur du Yacht Club de Monaco.

22-08-04-Signature-Yvan_Griboval-Helena_Nylen-Lt.jpg

À l'occasion de la signature du Sale & Purchase Agreement, le 4 août 2022 à Figueira da Foz (Portugal), Yvan Griboval

et Helena Nyhlén à bord du catamaran  DRAGOON, le futur OceanoScientific Explorer qui sera dénommé LOVE THE OCEAN, septième de la série LAGOON 570 mis à l'eau en 2001. Photo OceanoScientific

Lundi 25 juillet 2022

OceanoScientific de Paris à Toulon 

L'association philanthropique d'intérêt général OceanoScientific a été fondée à Paris le 7 janvier 2011. Basée à l'origine sur les Champs-Élysées, son siège social fut transféré en 2016 à la Maison de l'Océan, l'institut océanographique de Monaco à Paris. Depuis vendredi 22 juillet cette association qui contribue à l'organisation des Expéditions OceanoScientific pour mobiliser le plus large public à la préservation de l'Océan, est domiciliée au sein du Club Nautique de la Marine à Toulon (CNMT), dans la Base navale du premier port militaire d'Europe, quai de Norfolk. "Maintenant que nous allons avoir un nouvel OceanoScientific Explorer, dénommé LOVE THE OCEAN, qui sera basé à Toulon sous pavillon français, il nous semblait important que l'association OceanoScientific soit domiciliée en bord de mer, à proximité du site de préparation des Expéditions et de maintenance de notre voilier d'exploration ; non loin par la mer de nos autres racines, monégasques celles-là. Car les départs du continent européen des Expéditions OceanoScientific à destination des Iles Éparses (France - Océan Indien) se feront du Club Nautique de la Marine à Toulon, puis du Yacht Club de Monaco", a expliqué Yvan Griboval, Président de l'association et Directeur des Expéditions.  Quant à l'Amiral (2S) Philippe Coindreau, Président du CNMT, il affirmait : "C'est important pour notre club de marier des activités de toutes natures : plaisance, régate, croisière, mais également de favoriser la réalisation de navigations exploratoires à la voile. Nous avons tellement à apprendre de l'Océan, source de vie pour les générations futures ! Nous sommes donc honorés de soutenir cette initiative et d'accueillir OceanoScientific à Toulon".

22-07-22-Signature_CNMT_OSC-Y.Griboval-P.Coindreau-S.Lefranc-Photo_D.Leandri-1Lt.jpg

De gauche à Droite : Yvan Griboval (Président de l'association OceanoScientific), l'Amiral Philippe Coindreau (Président du Club Nautique de la Marine à Toulon) et le Capitaine de corvette Stéphane Lefranc (Directeur du Club Nautique de la Marine 

à Toulon) signent la Convention de soutien du Club Nautique de la Marine à Toulon à l'association OceanoScientific.

Photo Didier Leandri - OceanoScientific

Mardi 28 juin 2022

Mieux appréhender le dérèglement climatique 

Dans un peu moins de cinq mois, la première campagne océanographique à la voile sans rejet de CO2 du cycle des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 à destination des Iles Éparses (Océan Indien - France) quittera Marseille, puis Toulon, Nice ensuite et le Yacht Club de Monaco cap au Sud-Est. Le nouvel OceanoScientific Explorer, un catamaran dénommé LOVE THE OCEAN, sera équipé de l'OSC System Version 4.0 de collecte de données physico-chimiques à l'interface Air-Mer, lui-même piloté par le nouvel OSC-Software (Version 3.0), tout juste finalisé par les équipes de ROM-arrangé, le spécialiste des systèmes informatiques embarqués et des communications satellitaires sur les voiliers de course océanique : monocoques IMOCA 60 du Vendée Globe comme trimarans Ultim. C'est d'ailleurs grâce à un logiciel destiné à ces voiliers d'exception que l'idée qui a présidé à la création du Programme OceanoScientific en 2006 se concrétise seize ans plus tard. Pendant ce temps, les deux scientifiques plongeuses professionnelles de l'association OceanoScientific continuent leur apprentissage des techniques de séquençage ADN/ARN sous la tutelle du Professeur Christian Siatka de l'École de l'ADN, désormais en relation avec les équipes de l'antenne française de Thermo Fisher Scientific, leader mondial des services scientifiques.

"Autodidacte et sans aucune formation de scientifique, océanographe, météorologue ou climatologue", explique Yvan Griboval, "j'ai imaginé en 2005-2006 que si on collectait un grand nombre de données à l'interface Air-Mer à un même instant, à un même endroit et qu'on reportait l'ensemble sur un seul tableau, on devrait potentiellement observer quel paramètre évolue avec quel autre. Les scientifiques pourraient alors mieux appréhender les causes et les conséquences du dérèglement climatique, surtout si on réalise cela dans des zones maritimes essentielles pour le Climat, mais peu ou pas renseignées, comme le Grand Sud où j'ai mené l'Expédition OceanoScientific 2016-2017. Or, jusqu'ici, personne ne réussissait à mettre en œuvre ce fameux graphique aux données évoluant ensemble en temps quasi réel sur des voiliers, de surcroît de petite taille, inférieurs à vingt mètres. Aujourd'hui, grâce au travail de Louis Civilise (ROM-arrangé / École Supérieure d'Électronique de l'Ouest - Angers), ce rêve un peu fou lorsque je l'ai fait il y a plus de quinze ans devient réalité. C'est une immense satisfaction !"

Photo_1-Louis_Civilise-Linn_Sekund-Lorient-1Lt-15jun22.jpg

Dans les ateliers de ROM-arrangé à Lorient, Louis Civilise présente à Linn Sekund (OceanoScientific) les fonctionnalités de l'OSC-Software 3.0, dont le fameux graphique évoluant en temps quasi réel de l'ensemble des données physico-chimiques des paramètres essentiels de l'interface Air-Mer, qui sont collectées automatiquement par l'OSC System. Photo OceanoScientific 

Photo_2-Photo-TFS-C.DiSanto-L.Sekund-G.Tenca-Mathieu_Boimard-C.Siatka-Lt-24mai22.jpg

Mathieu Boimard (au centre), Responsable scientifique européen des matériels de séquençage au sein de Thermo Fisher Scientific France, échange avec le Professeur Christian Siatka (à droite), créateur et Directeur de l'École de l'ADN,

au sujet des performances du séquenceur haut débit Ion GeneStudio S5 XL Prime System de Ion Torrent, en présence,

de gauche à droite : Carla Di Santo et Linn Sekund, scientifiques de l'association OceanoScientific et Guillaume

Tenca (ex-Directeur de QIMA Life Science / Directeur de BuzzUp). Photo Bouchera Douah (Thermo Fisher Scientific)

Photo_3-Photo-TFS-L.Sekund-Emmanuel_Guillard-C.DiSanto-2Lt-24mai22.jpg

Scientifiques et plongeuses professionnelles, Linn Sekund et Carla Di Santo (à droite) de l'association OceanoScientific, auront également à réaliser les séquençages ADN/ARN à bord du catamaran LOVE THE OCEAN. Elles se familiarisent ici avec le KingFisher Duo Prime de Thermo Fisher Scientific, grâce aux explications de Emmanuel Guillard, Responsable scientifique des produits KingFisher (dissimulé derrière Linn Sekund). Ce matériel sert à la préparation des échantillons. Il offre une extraction et une purification constantes de l'ADN/ARN, des protéines et des cellules. Photo Bouchera Douah (Thermo Fisher Scientific)

Lundi 16 mai 2022

Histoires de requins tigres et requins bouledogues à Marseille 

Plus la date de départ de la première des cinq campagnes des Expéditions OceanoScientific 2022-2027 à destination des Iles Éparses (Océan Indien - France) se rapproche - ce sera durant la seconde quinzaine du prochain mois d'octobre consécutivement à Marseille, Toulon, Nice et Monaco - plus chaque paramètre est étudié dans le détail. L'éloignement des Iles Éparses de tout port et leur positionnement sur la route des cyclones et des puissantes dépressions tropicales de l'Océan Indien sont des conditions qui compliqueront ces campagnes océanographiques à la voile sans rejet de CO2. Le respect des habitants des récifs coralliens qui seront bioprospectés par Carla Di Santo et Linn Sekund sera primordial. En effet, ces iles inhabitées et interdites d'accès sont réputées pour leur extraordinaire biodiversité. C'est donc probablement un des endroits au Monde où la concentration de grands requins est la plus forte. Tigres, bouledogues et autres espèces sont légions ! Pour cela, l'équipe des Expéditions OceanoScientific vient de se renforcer. Steven Surina, un des plus célèbres plongeurs professionnels spécialisés dans l'étude du comportement des grands squales rejoint l'équipage du catamaran LOVE THE OCEAN, avec la double tâche d'encadrement sécurité des deux plongeuses par le "dialogue" avec les squales, et la réalisation de reportages vidéo de leurs plongées … lorsque requins tigres, bouledogues et autres espèces l'autoriseront. Steven, devenu maître en interprétation du langage corporel de ces animaux extraordinaires, effectue près de trois cents plongées par an avec des touristes pour les mettre en contact avec ces requins en toute sécurité, dans le cadre de ses missions de Shark Education. Prochaines stagiaires avant les plongées aux Iles Éparses : Carla et Linn…

Photo_1-Requin_tigre-Photo_Joe_Mazzi-RLt.jpg

Steven Surina au contact de requins tigres aux Bahamas. Gros animaux curieux, ces squales réputés terribles prédateurs peuvent être de paisibles compagnons de jeux à qui sait se comporter avec bienveillance avec eux,

une fois leur langage corporel assimilé et interprété. Photo Joe Mazzi

22-05-10-Marseille-C.DiSanto-S.Surina-L.Sekund.jpg

Les plongeuses professionnelles scientifiques Carla Di Santo (à gauche) et Linn Sekund (OceanoScientific) entourent

Steven Surina au terme de la première réunion de préparation des plongées aux Iles Éparses. Steven cumulera

le rôle de "Plongeur Sécurité" et, parfois, de Chef opérateur de prises de vues sous-marines. Photo OceanoScientific

Lundi 25 avril 2022

À la découverte de la faune et de la flore de Méditerranée 

Depuis son origine, en janvier 2011, l'association d'intérêt général OceanoScientific cible prioritairement les jeunes des classes de CE2-CM1-CM2 dans le but de leur faire RESPECTER et AIMER l'Océan. Dans cet objectif, Carla Di Santo, Coordinatrice scientifique & Responsable de plongée des Expéditions OceanoScientific, a prêté son concours à L'Atelier de la Mer le mercredi 13 avril pour emmener en randonnée palmée un groupe de vingt-quatre filles et garçons de six à douze ans afin de les sensibiliser au milieu marin et qu’ils découvrent les animaux des petits fonds Méditerranéens dans leur habitat naturel. Ces enfants sont issus d’un des programmes proposés par Synergie Family, co-fondé par Laurent Choukroun et Frank Tortel, qui offre depuis plus de dix ans l'opportunité de toutes sortes d'activités visant un épanouissement individuel et collectif. Cette sortie en mer, financée par "Marseille Capitale de la Mer", s'est inscrite dans l'opération "Un pas vers la mer", issue de la collaboration de quatre partenaires : Marseille Capitale de la Mer, Synergie Family, Le Cercle des Nageurs et la Fondation CMA CGM. Ainsi, des enfants apprennent à nager et vivent des expériences ludo-éducatives pour comprendre, aimer et respecter la mer. Rappelons à cette occasion que "Marseille Capitale de la Mer" fédère les forces vives de la cité phocéenne, qu’elles soient économiques, culturelles, industrielles, artisanales, sportives, gastronomiques, environnementales, universitaires, sociales, ou institutionnelles, pour valoriser la mer comme ressource urbaine. L'équipe de l'association OceanoScientific est donc heureuse d'apporter son concours à cette initiative de sensibilisation au rôle majeur de la mer dans nos vies urbaines.

Photo1-22-04-13-Photo-Les_petits_explorateurs_suivent_Carla.jpg

Malgré une température plutôt fraiche pour les abords du Frioul à cette époque de l'année, les petits explorateurs

suivent les conseils de Carla Di Santo (OceanoScientific) pour nager à la découverte de la faune et de la flore résidentes

des îles marseillaises. Photo OceanoScientific

Lundi 14 mars 2022

 Préparation des équipements et procédures scientifiques 

L’équipe scientifique de l'association OceanoScientific s'élargit et progresse dans la préparation des Expéditions OceanoScientific 2022-2027. D'un côté, la définition des procédures relatives aux séquençages ADN et ARN d'échantillons d'organismes marins. Ils seront réalisés à bord du nouvel OceanoScientific Explorer dénommé LOVE THE OCEAN durant l'hiver prochain (été austral). De l'autre, les équipements constitutifs de la Version 3.0 de l'OSC System. La collaboration technique avec l'antenne de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) de Plouzané (Brest - France) se prolonge ainsi sous les directives de l'ingénieur Denis Diverrès, dont les conseils avisés permirent le succès de l'Expédition OceanoScientific 2016-2017 sous le 40e Sud. Quant à la grande innovation qui va consister à réaliser le séquençage génétique d'organismes marins des récifs coralliens des îles françaises de l'Océan Indien sur un voilier, un partenariat est mis en œuvre avec l'École de l'ADN dirigée par le Professeur Christian Siatka à Nîmes (France). 

1-22-02-22-Ecole_ADN-L.Sekund-C.Siatka-C.Di_Santos-Photo_YG-1Lt.jpg

Les 22 et 23 février 2022, dans les locaux de l'École de l'ADN à Nîmes, Linn Sekund, à gauche et Carla Di Santo encadrent le Professeur Christian Siatka qui leur apprend les gestes essentiels des procédures de séquençages

qu'elles auront à mettre en œuvre à bord du catamaran LOVE THE OCEAN. Photo OceanoScientific

Après Linn Sekund, Suédoise dotée d'un master de conservation de la biodiversité marine obtenu au Portugal après une licence en management environnemental en Grande-Bretagne, qui a rejoint les Expéditions OceanoScientific dans le courant de l'année 2020 au poste de Coordinatrice Scientifique, c'est au tour de Carla Di Santo d'intégrer l'association OceanoScientific en ce début d'année 2022. Antérieurement technicienne de laboratoire en microbiologie médicale, responsable de programmes de conservation marine aux Maldives ou plongeuse professionnelle à Marseille, Carla Di Santo est titulaire d'un master en bio-ressources aquatiques complété d'un diplôme de chef de projets en aquaculture durable et halieutique de l'Université de Montpellier. Dans l'équipe OceanoScientific, Carla Di Santo est à la fois Coordinatrice Scientifique et Responsable de Plongée.

 

De son côté, l'an dernier, Linn Sekund a complété ses compétences scientifiques et environnementales par une formation professionnelle de plongée. Toutes deux travailleront en effet en tandem pour recueillir les échantillons d'organismes marins sur les récifs coralliens, puis pour en réaliser le séquençage dès leur retour à bord du catamaran LOVE THE OCEAN.

 

Cette bioprospection ciblera quatre familles distinctes d'organismes marins : anthozoaires (corail, anémones, méduses) ; ascidies (invertébrés) ; spongiaires (éponges) ; végétaux (algues). L'objectif est autant la recherche d'organismes marins inconnus ou méconnus génétiquement, que la préservation du patrimoine génétique du domaine sous-marin français, le plus étendu au Monde.

 

Les séquences génétiques qui résulteront de ces bioprospections seront précieusement stockées dans un cloud afin d'être accessibles prioritairement aux étudiants français, aux instituts scientifiques, mais également aux industriels de la Santé et du Bien-être. De cette manière, il sera possible d'exploiter économiquement et vertueusement ces fantastiques ressources naturelles françaises par biomimétisme. C'est une manière concrète de préserver la vie sur les récifs en évitant le pillage. C'est aussi l'occasion de préserver le patrimoine génétique d'organismes qui vivent sur la Planète depuis plusieurs centaines de millions d'années (cnidaires / anthozoaires) et qui sont aujourd'hui menacés de disparaitre du fait de l'augmentation de la température et de l'acidité de l'eau de mer, conséquences directes de l'activité humaine (anthropisme).

2-22-02-10-IRD_IMAGO-D.Diverres-L.Sekund-OSC_System-Lt.jpg

En utilisant la technologie de l'OSC System Version 2.1 qui a fonctionné avec succès autour du monde durant l'été austral 2016-2017, Denis Diverrès et Linn Sekund conçoivent actuellement la Version 3.0, comme ici le 10 février 2022 dans l'atelier

de l'antenne IRD IMAGO du Campus Ifremer

de Plouzané (Brest - France). Photo OceanoScientific

Dans le laboratoire de l'École de l'ADN, Linn Sekund, à gauche et Carla Di Santo se familiarisent avec le matériel qu'elles utiliseront à bord du catamaran LOVE THE OCEAN lorsqu'elles seront sur les récifs coralliens français des îles de l'Océan Indien, au tout début de l'année 2023. Photo École de l'ADN

3-22-02-23-Ecole_ADN-Linn_Sekund-Carla_Di_Santos-Photo_C.Siatka-Lt.jpg

Mercredi 9 février 2022

Biologique Recherche renouvelle son mécénat

au profit des Expéditions OceanoScientific

Biologique Recherche, marque professionnelle de soins et produits cosmétiques personnalisés, confirme son soutien aux Expéditions OceanoScientific 2022-2027 dont le thème majeur de ces campagnes océanographiques à la voile sans rejet de CO2 sera la bioprospection de sites coralliens méconnus. Il s'agira de réaliser du séquençage ADN et ARN embarqué afin de mieux connaître les individus de quatre familles de la biodiversité sous-marine : Anthozoaires (corail, anémones de mer, méduses), Ascidies (invertébrés), Spongiaires (éponges) et Végétaux (algues). La finalité de ces expéditions sera la sauvegarde du patrimoine génétique d'organismes marins menacés par l'élévation de la température et de l'acidification de l'Océan, au profit de la Science, de la Santé et du Bien-être.

Photo-AMAALA_EXPLORER-Biologique_Recherche-Manœuvre-RLt.jpg

Biologique Recherche était à bord du catamaran AMAALA EXPLORER

lors de l'Expédition OceanoScientific Contaminants Méditerranée 2020.

Fondée en 1977, la maison Biologique Recherche conçoit, fabrique exclusivement en France et commercialise des soins et des produits cosmétiques aux formules inédites  fortement dosées, uniquement composées d’actifs naturels ou biotechnologiques sans parfum. La Méthodologie Biologique Recherche est fondée sur une conception scientifique des soins et des produits au service de la beauté et de l’ultra-personnalisation, gage de résultats visibles. Biologique Recherche est présente dans plus de 85 pays, dans les médispas, spas, ainsi que dans les spas d’hôtels de prestige. Son centre de soin historique, l’Ambassade Biologique Recherche, est situé à Paris dans un hôtel particulier au 32 avenue des Champs-Élysées.

Rupert Schmid et Pierre-Louis Delapalme, co-présidents de Biologique Recherche, soutiennent de manière philanthropique les actions d'intérêt général de l'association OceanoScientific France. "Conscients que l’avenir de notre planète réside dans la préservation de nos ressources naturelles, il est important pour nous de soutenir des initiatives concrètes qui s’inscrivent dans cette démarche. Nous accompagnons ainsi les expéditions de Yvan Griboval depuis l'origine, car ses navigations permettent d’obtenir un éclairage scientifique au sujet de l’impact de l’homme sur l'Océan. Il est donc naturel de soutenir ce nouveau projet qui permettra de mieux comprendre l’évolution des organismes marins menacés, afin, peut-être, de les sauvegarder en faisant progresser la recherche".

 

Directeur des Expéditions OceanoScientific, Yvan Griboval a remercié  Biologique Recherche pour son soutien  depuis de longues années : "En s'inscrivant dans la durée, un engagement de mécénat est l'atout le plus précieux dont on puisse disposer pour mener des actions philanthropiques efficaces. C'est le cas de l'effort de Biologique Recherche et nous l'apprécions à sa juste valeur ! Biologique Recherche a intégré depuis fort longtemps les enjeux environnementaux dans sa stratégie de développement. Ensemble, nous partageons des valeurs essentielles de préservation de la Nature et de l'Océan."

Photo-Biologique_Recherche-Soin_serum_2-Logo-Lt.jpg

Mardi 1er février 2022

KSB Western Europe Partenaire Officiel des Expéditions OceanoScientific

Le groupe KSB, représenté par Bruno Monjoint, Regional Executive Officier KSB Western Europe et Boris Lombard, Président de KSB SAS, s'est engagé aux côtés du navigateur explorateur Yvan Griboval dans l'Expédition OceanoScientific : la collecte à la voile sans rejet de CO2 à bord du catamaran LOVE THE OCEAN de données physico-chimiques à l'interface Air-Mer pour assister les scientifiques dans l'étude des composantes du climat et de la pollution chimique et sonore sur un trajet de 5 500 milles nautiques (10 200 km) de Toulon (France) à Anvers (Belgique) via Monaco. Ce sera l’occasion de sensibiliser les jeunes aux métiers de la mer en les encourageant à RESPECTER et à AIMER l'Océan.


22-01-18-Photo_signature_contrat-1RLt.jpg

De gauche à droite à la Maison de l'Océan (Paris) : Bruno Monjoint (KSB Western Europe), Yvan Griboval,

Dr. Stephan Timmermann (KSB Group) et Boris Lombard (KSB France).

Créé en 1871, KSB est un groupe allemand implanté dans le monde entier. L’entreprise produit et commercialise des pompes, de la robinetterie industrielle, des systèmes de gestion des fluides et propose les services associés (installation, maintenance…). Depuis 150 ans, KSB transporte tous types de fluides dans les secteurs du bâtiment, de l’industrie, de l’eau et de l’énergie, sur terre comme sur mer. 

 

Bruno Monjoint a déclaré : "C’est une belle rencontre entre un projet scientifique autour de l’eau et la région KSB Europe Ouest, promesse de partage et de changements positifs. Cette aventure humaine va rassembler nos cultures, nos clients, nos partenaires et nos collaborateurs pour faire vivre cet engagement."

 

Boris Lombard a confirmé : "Nous sommes fiers de nous engager dans cette expédition ambitieuse. Il s’agit d’associer la recherche océanographique et l’intelligence collective pour élever, aujourd’hui, notre niveau de connaissance de l'Océan afin d'agir demain de façon plus responsable."

 

Dr. Stephan Timmermann, Chief Executive Officer du Groupe KSB a précisé : "Conjuguer écologie, économie et culture d’entreprise est pour nous un sujet central et essentiel pour tracer notre chemin vers la transition écologique. Investir dans la recherche et l’acquisition de données accessibles permet de partager avec le plus grand nombre les perspectives encourageantes du développement durable. C’est aussi la responsabilité d’une grande marque industrielle comme KSB."

 

Directeur des Expéditions OceanoScientific, Yvan Griboval a remercié les dirigeants de KSB de leur engagement : "Il est important de porter les couleurs d'entreprises qui mettent la technologie industrielle au service de la préservation durable des ressources de la Nature. Or, par ses différents métiers et son rôle majeur dans la collecte et le transport de l'eau, KSB concourt à minimiser l'impact de l'activité humaine sur les ressources naturelles."

22-01-18-Photo_signature_contrat-5RLt.jpg

Mercredi 19 janvier 2022

EXSYMOL Partenaire Officiel des Expéditions OceanoScientific

La société monégasque EXSYMOL, représentée par son Président Délégué, Pierre Bondon, s'est engagée aux côtés du navigateur explorateur Yvan Griboval dans le cadre des prochaines Expéditions OceanoScientific. Le double objet sera de sauvegarder le patrimoine génétique d'organismes marins de récifs coralliens peu ou pas explorés, notamment à des fins d'exploitation vertueuse par biomimétisme (copie de la Nature) au profit de la Science, de la Santé et du Bien-être ; mais également la mobilisation des jeunes dans leur cycle d'études pour les sensibiliser aux métiers de la mer et pour les inciter à RESPECTER et à AIMER l'Océan.

22-01-14-P.Bondon-Y.Griboval-Signature_YCM_01Lt.jpg

Tous deux Membres du Yacht Club de Monaco, Pierre Bondon (à gauche) et Yvan Griboval ont choisi un salon de ce club prestigieux, dont les OceanoScientific Explorer portent les couleurs, pour contracter officiellement.

EXSYMOL, créée à Monaco en 1972, est un "Créateur et producteur d'ingrédients actifs" qui conçoit des solutions actives innovantes et performantes à fort indice de naturalité pour proposer des produits (ingrédients) s'inspirant de la Nature, respectueux de celle-ci, dans plus de quarante pays. Son succès auprès des plus grandes entreprises de cosmétique repose sur la compréhension des besoins de la peau et sa capacité à apporter des solutions cosmétiques avec une rigueur pharmaceutique. La spécialité de EXSYMOL est fondée sur des ingrédients issus d'une technologie relative au silicium bioactif : les Silanols.

 

A l'issue de la signature de ce contrat, Pierre Bondon a déclaré : "Être ravi de participer à cette aventure. Au-delà du fort attrait personnel pour la mer, je suis persuadé que le Futur passera par une meilleure connaissance de l'Océan ainsi qu’un respect accru de ce milieu indispensable à la vie sur Terre. Les missions de sensibilisation à la protection de l'Océan, et de recherche de données scientifiques des Expéditions OceanoScientific correspondent tout à fait à l’ADN de EXSYMOL."

 

Directeur des Expéditions OceanoScientific et Président des associations OceanoScientific, Yvan Griboval s'est réjoui "d'embarquer avec nous une entreprise monégasque qui fonde son activité et son développement sur des principes actifs issus de la Nature et dans le respect de celle-ci. Préserver l'Océan et sa biodiversité pour les générations futures, c'est être capable de marier vertueusement Écologie et Économie, où l'Homme se contente de sa juste place dans la Nature, avec humilité. EXSYMOL est sincère dans ses engagements sociétaux et environnementaux. Pour cela nous sommes fiers d'avoir EXSYMOL à nos côtés dans ces nouvelles expéditions philanthropiques au service de la Science, pour l'Humanité. Rendez-vous fin mars pour une première campagne, au départ du Yacht Club de Monaco."

22-01-14-Y.Griboval-P.Bondon-Signature_YCM_02.jpeg

Jeudi 6 janvier 2022

Des résultats scientifiques surprenants

L’Expédition OceanoScientific Contaminants Méditerranée 2020 a été réalisée en collaboration avec l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer) à la voile sans rejet de CO2 ni déchet à l'initiative et sous la direction de Yvan Griboval (OceanoScientific France / OceanoScientific Monaco / SailingOne - LOVE THE OCEAN) avec le maxi-catamaran (33,50 m) AMAALA EXPLORER ex-CLUB MED - le plus grand catamaran de course océanique au monde - de Monaco à Monaco, du 15 au 29 octobre 2020 avec un équipage de neuf personnes en direction de l'embouchure du Tibre (Fiumicino près de Rome - Italie), avec escales à Porto Cervo (Sardaigne - Italie), Barcelone (Espagne) et La Seyne-sur-Mer (France), sur un parcours de 1 000 milles nautiques.

 

L’objectif scientifique de l'Expédition OceanoScientific Contaminants Méditerranée 2020 était d’étudier la nature et la densité des composés chimiques organiques qui affectent le milieu marin et empoisonnent le phytoplancton, en neuf stations déterminées en collaboration avec Jean-Louis Gonzalez (Ifremer)

EOCM20-Rapport-Carte_1-Parcours-VF.jpg

Cette Expédition OceanoScientific Contaminant Méditerranée 2020 a mis en évidence une présence de Tributylétain (TBT) plus forte à moins de cinq milles du rivage, par 47 à 65 mètres de profondeur, avec un pic supérieur au Nord-Est de Barcelone où une concentration de 6,12 ng/L a été mesurée, soit une valeur quatre fois supérieure à la Norme Qualité Environnement (NQE) fixée à 1,5 ng/L. Ces concentrations élevées peuvent s'expliquer par une activité portuaire et maritime de commerce (cargos, tankers, ferries, paquebots…) importante et par la persistance du TBT dans les sédiments, même après son interdiction progressive dès la fin des années 1980.

 

Plus on s'éloigne de la côte, plus les profondeurs augmentent et plus les traces de Tributylétain (TBT) diminuent. On remarque d'ailleurs que les traces de contaminants sont particulièrement faibles au niveau de l'Ile d'Elbe, entre la Corse et l'Italie, loin de tout grand port de commerce.

 

Néanmoins, au Nord de la Sardaigne (Italie), non loin de la pointe sud de la Corse (France), soit dans le Parc Marin International des Bouches de Bonifacio (PMIBB - France / Italie), les taux de Tributylétain (TBT) dépassaient significativement la Norme Qualité Environnement (NQE), mettant en évidence que la pollution marine se joue des Aires Marines Protégées (AMP).

 

A l'inverse, il n'aurait pas été étonnant de constater une forte concentration de Tributylétain (TBT) en Rade de Toulon (France), premier port militaire d'Europe et grand site de maintenance de super yachts. Or, le taux de TBT y est significativement  inférieur à la Norme Qualité Environnement (NQE).

 

Cette expédition a permis de tester l’utilisation de la technique d’échantillonnage SBSE (Stir Bar Sorptive Extraction) à bord d’un voilier avec de réelles contraintes techniques et énergétiques. Elle présente des avantages appréciables en termes de sensibilité et de simplicité d’utilisation. La technique SBSE est donc validée pour les prochaines Expéditions OceanoScientific.

 

Le partenariat de qualité mis en œuvre depuis plus de douze ans dans le cadre du Programme OceanoScientific avec l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer) a de nouveau confirmé sa pertinence et son efficacité au profit de la communauté scientifique.

 

Les chercheurs de l'Ifremer experts en contaminants, très impliqués dans le projet, ont été présents aux côtés de l'équipe OceanoScientific, tant pour la formation à la collecte des échantillons que lors de la mise en place des protocoles, fournissant le matériel dédié pour une efficacité contrôlée.

 

Poursuivre l’étude des contaminants chimiques et organiques est fondamentale pour mieux comprendre leur devenir dans le milieu marin, leur impact sur les organismes marins et, potentiellement, sur les organismes humains. Le réaliser à la voile sans rejet de CO2, notamment grâce à un OceanoScientific Explorer, comme le AMAALA EXPLORER affrété pour l'occasion, est un atout supplémentaire pour la communauté océanographique internationale.

Résumé des stations de prélèvement SBSE (Stir Bar Sorptive Extraction)

Tableau-VF.png

LQ: Limite de quantification

LD: Limite de détection

Par ordre alphabétique, nous remercions les partenaires de l'Expédition OceanoScientific Contaminants Méditerranée 2020 : AMAALA & Public Investment Fund of Saudi Arabia (PIF), Biologique Recherche, Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer), Fondation Prince Albert II de Monaco (FPA2), Fundación Ecomar, Fundació Navegació Oceànica de Barcelona (FNOB), Groupe des Papeteries de Clairefontaine, Ports de la Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM), One Ocean Foundation, Yacht Club Costa Smeralda (YCCS), Yacht Club de Monaco (YCM).